1949-2019 : Présence Africaine a fêté ses 70 ans

70 ans des éditions Présence Africaine en 2019

Dans le monde de l’édition africaine, cette année 2019 a été marquée par les 70 ans de Présence Africaine. Il faut dire que c’est à la fois la première maison d’édition, revue culturelle et librairie africaine de France. Retour sur ce monument qui a fait la lumière sur les cultures noires, à une époque où elles demeuraient dans l’ombre. 

Présence Africaine, le projet de vie d’Alioune Diop 

Alioune Diop, fondateur de Présence Africaine

Présence Africaine, c’est toute la vie d’un seul homme : Alioune Diop, que ses contemporains surnommaient « le Socrate noir ». Né en 1910 au Sénégal, cet intello brillant a étudié les lettres en Algérie, puis à Paris La Sorbonne dans les années 30, avant de les enseigner. Engagé dans la politique, il y a renoncé pour se consacrer entièrement à la cause de la culture noire.

C’est ainsi qu’il a fondé la revue culturelle Présence Africaine en 1947, avec pour objectif la “promotion de la culture nègre”. Ses soutiens s’appelaient Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor, Albert Camus, Jean-Paul Sartre ou encore James Baldwin.

La revue s’ouvrait à tous ceux qui souhaitaient contribuer à la définition de l’originalité africaine, qu’ils soient Blancs, Noirs ou autre. Elle accompagnait tous les rêves panafricanistes des intellectuels noirs, au moment même où le mouvement de la Négritude initié par le trio Senghor, Césaire et Damas, cartonnait. 

La revue Présence Africaine - 1947

Présence Africaine, premier éditeur des écrivains noirs 

Logo de Présence Africaine, maison d'édition afro

En 1949, Alioune Diop a créé la maison d’édition Présence Africaine, pour publier les auteurs africains, antillais et ceux de la diaspora. Plus tard, dans les années 60, il a inauguré la librairie éponyme. Elle est devenue la librairie afro de référence en France. 

Pendant ce temps, la maison d’édition a publié une majorité des oeuvres considérées aujourd’hui comme des classiques de la littérature africaine francophone. Personne ne voulait du Cahier d’un retour au pays natal d’Aimé Césaire ni de La Rue Cases-Nègres de Joseph Zobel. Présence Africaine les a publiés. La maison a ainsi contribué à la notoriété d’écrivains et penseurs africains et antillais comme Cheikh Anta Diop (et son célèbre Nations nègres et cultures, 1954), Mongo Beti, Edouard Glissant ou encore Chinua Achebe.

Nations nègres et culture, oeuvre majeure de Cheikh Anta Diop

Après la mort d’Alioune Diop en 1980, son épouse Christiane Diop a assuré la relève. À 94 ans, elle est toujours à la tête de la maison d’édition, aidée par leur fille Suzanne Diop. Quant à la revue, elle est dirigée par Romuald Fonkoua, professeur de littératures francophones à La Sorbonne. 

70 ans de transmission  

La maison d’édition a fêté ses 70 ans tout au long de l’année 2019. L’événement le plus notable reste les Universités de la rentrée Présence Africaine (#URPA) en fin octobre. Plusieurs tables rondes se sont tenues autour du thème “70 ans de transmission” à La Colonie.

Universités de la rentrée Présence Africaine - 70 ans de transmission

De prestigieux invités étaient présents pour échanger sur le panafricanisme et la transmission des cultures noires. Parmi eux, le prix Nobel de littérature nigérian Wole Soyinka et l’écrivain kényan Ngugi Wa Thiong’o, souvent cité comme nobélisable.

Louise Mushikiwabo, secrétaire générale de la Francophonie, a déclaré : “Je formule le voeu que Présence Africaine puisse continuer de permettre aux Noirs de s’exprimer. Et que cette maison fasse retentir la voix de la nouvelle génération d’écrivains et de penseurs africains”.

Présence Africaine, c’est 70 ans de littérature, d’engagement et de combats. Nous devons à cette institution l’émancipation de la pensée noire, auparavant niée et occultée par l’esclavage, la colonisation et le racisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *